Éditions Les petits matins

Vies majuscules. Autoportrait de la France des périphéries

Vies majuscules. Autoportrait de la France des périphéries Ajouter au panier

De l’ombre à la lumière. Le mouvement des Gilets jaunes puis, surtout, la crise du Covid-19 ont braqué le projecteur sur une France aux contours flous, longtemps invisibilisée. Une France qui vit « à quelques euros près », qui n’a pas besoin qu’on lui dise de traverser la rue pour savoir que le travail est un précieux gage de survie ou d’émancipation, pour qui une voiture en état de marche est une absolue nécessité, qui connaît le prix de la solidarité… La France des caissières, des postiers, des aides-soignantes, de ceux qui entretiennent les résidences sociales. Celle qui est restée courageusement sur le pont pendant cet étrange printemps de confinement.

 

C’est cette France des « vies majuscules » que l’ambitieux projet qui a donné naissance à ce livre a voulu appréhender. Encadrés par des journalistes, quelques centaines de témoins de tous âges, de Marseille à Grande-Synthe, de Mulhouse à Caen, de Troyes à Toulouse, de Nantes à Billom, de Laxou à Saintes, de Vierzon à Mont-Saint-Martin et de Joué-lès-Tours à Lunel, ont pris la plume pour se raconter. Loin des clichés condescendants ou stigmatisants, ils relatent bien concrètement la recherche d’un stage quand on n’a pas « la gueule de l’emploi », le rôle de « psy à temps partiel » d’une employée de ménage, l’angoisse des formalités « dématérialisées » quand on ne maîtrise pas les outils numériques, la sortie tête haute d’une situation de violence conjugale ou familiale. Mais encore la chaleur des relations de voisinage ou d’un réseau d’aide pour obtenir enfin des papiers quand on a « choisi la France ».

 

Personnels et universels, graves, amusés, coléreux, amoureux, informatifs, fantaisistes, ces textes, qui se répondent et se complètent, apportent la preuve, s’il en fallait, que les « petites histoires » permettent bien souvent de comprendre la « grande ».

 

Ce projet est porté par La Zone d’expression prioritaire (La ZEP), un dispositif d’accompagnement à l’expression via des ateliers d’écriture animés par des journalistes, et le réseau des Régies de quartier et de territoire. Il a été piloté par les deux fondateurs de La ZEP :

 

Emmanuel Vaillant est journaliste, auteur notamment de Bonnes Nouvelles de l’école (Lattès, 2017).

 

Édouard Zambeaux est journaliste et réalisateur. Il a créé et animé l’émission « Périphéries » sur France Inter de 2005 à 2017. Il est coauteur du documentaire de cinéma Un jour ça ira (2018)

Dans la presse

Ouest-France

Un bel article dans Ouest-France sur l’ouvrage Vies majuscules.

 

« Encadrés par des journalistes, des travailleurs modestes, précaires, chercheurs d’emploi… ont accepté de se livrer, avec sincérité, humilité et dignité. »

 

Pour lire l’article complet…

L'Humanité

L’Humanité publie un entretien avec Édouard Zambeaux au sujet du projet Vies majuscules.

 

« Ce qui nous intéresse dans ce dispositif, c’est de permettre aux gens de reprendre la maîtrise de leur propre récit. Ils en ont marre d’être racontés par les autres, parce qu’ils ont le sentiment d’être complètement essentialisés. »

 

Pour lire l’article complet…

Libération

Merci à Sylvain Mouillard de Libération pour sa chronique enthousiaste de l’ouvrage Vies majuscules. Autoportrait de la France des périphéries.

 

« Redonner la parole à «quatre cents vies majuscules». Les aider à mettre des mots sur des « récits de vie longtemps confinés ». C’est le pari réussi d’Emmanuel Vaillant et Edouard Zambeaux, deux journalistes fondateurs de la ZEP. »

 

Lire l’article complet…

Libération

Retrouvez des récits extraits de l’ouvrage Vies Majuscules. Autoportrait de la France des périphéries dans Libération.

 

« Fins de mois difficiles, peur pour ses enfants, honte sociale… dans Vies majuscules, un livre publié ce jeudi par l’équipe de la ZEP, des Français racontent des vies souvent invisibilisées. »

 

Pour lire l’article complet…

L'Éco

« Des Français vivant « à quelques euros près » se racontent » : L’Éco chronique l’ouvrage Vies majuscules. Autoportrait de la France des périphéries.

 

« Des tranches de vie, sans analyse ni opinion, utiles pour mieux connaître le pays dans lequel on vit. »

 

Pour lire l’article complet…

Up'

Up’ propose une recension détaillée de l’ouvrage Vies majuscules. Autoportrait de la France des périphéries, dirigé par Édouard Zambeaux et Emmanuel Vaillant.

 

« Cet ouvrage […] dresse un remarquable panorama de la France qui vit « à quelques euros près », celle sortie dans la rue lors du mouvement des Gilets jaunes, celle restée sur le pont pendant ce printemps de confinement. »

 

Pour lire l’article complet…

Konbini News

Merci à Astrid Van Laer de Konbini News pour sa recension de Vies majuscules. Autoportrait d’une France des périphéries :

 

« Un hommage à ceux que l’on n’entend pas, les oubliés, les modestes, ceux dont la parole est rare. »

 

Pour lire l’article complet…

Le Média Social

Merci au Média Social pour leur recension du livre Vies majuscules. Portrait de la France des périphéries :

 

« Parfois drôles, ou tristes, optimistes ou pessimistes, c’est selon, ces récits sont précieux, car ils permettent à tout un chacun d’appréhender la réalité quotidienne de ces Français « qui vivent à quelques euros près »».

 

Pour lire l’article complet…