Éditions Les petits matins

{ livres associés au mot-clé : Les grands soirs }

Météorologie des sentiments

Météorologie des sentiments

Il fait chaud. C’est l’été. Nous sommes en Suisse, au-dessus du lac. Il est 13 h 15, l’après-midi commence à peine. Il n’y a pas un bruit en ville, aucun souffle d’air. Je suis debout, légèrement incliné vers l’arrière, le dos contre la voiture, les pieds dirigés vers le sud sur le trottoir d’une avenue perpendiculaire à la pente. Le soleil émet une lumière intense, démultipliée par l’eau maintenant scintillante du lac et par les surfaces minérales de la ville, […] Lire la suite

Récupérer

Récupérer

Récupérer mène des enquêtes dans le divers. Trois pistes, qui peuvent être mixées ou empruntées comme on le souhaite – ABC – ACB – CBA – BCA, etc., échantillonnent selon différents degrés et variations les discours : l’universitaire, le poétique, le non-universel, quitte à les brouiller, mais avec clarté, afin de trouver les récits qui s’y logent. Récupérer se fait ainsi dialogue, essai, article, dessin, lettre estivale, traduction, écran, site, film peut-être. Récupérer s’expose à la vie courante. Postfaces d’Anne Portugal, […] Lire la suite

Les Morts rigolos

Les Morts rigolos

Dans Les Morts rigolos, on ne doute de rien : un type y raconte sa vie à partir d’une blague tout en révolutionnant les enterrements, tout en écrivant un thriller familial avec ses enfants (Victor, 7 ans, et Lucas, 5 ans), tout en se faisant plein de copines et copains clochards, pornolettristes, kamikazes, grossistes en pétrole, éco-féministes, cavaliers anarcho-autonomes, aviatrices, tout en théorisant l’écriture qui tue et en re-fécondant les rapports entre vie, farce, mort et enfance… Comme l’ensemble se déploie […] Lire la suite

Hello Ernest

Hello Ernest

plan performatif incendiaire explorant une limite somatique de la mauvaise main, la réponse est indéterminée (comme une traduction) : la lyrique expérimentale est un montage qui se laisse affecter par l’enfant, l’homme seul, l’amoureux Eric Houser, Jérôme Mauche Lire la suite

Après les satires

Après les satires

Oscillant entre prose et poésie, l’écriture de Durs Grünbein explore des instants fugitifs du quotidien en réactivant des formes de la poésie classique (ici, la satire), avec une volonté de prise en compte du passé et de l’histoire.   Après les satires, premier livre de poésie de Durs Grünbein traduit en français, est accompagné d’une préface de Georges-Arthur Goldschmidt, écrivain et traducteur, et d’une postface de Florent Lahache, docteur en esthétique et professeur à l’École supérieure des beaux-arts du Mans. […] Lire la suite

Épouser. Stephen. King.

Épouser. Stephen. King.

Je le lisais. Je connaissais un bonheur incolore dans ce dépouillement. Une guérison. Je la lisais. Je trouvais un amour dans ce dépouillement. Une protection. Aussi j’étais un homme pas mâle. Pour une jeune femme. J’allais voir les chambres de son imaginaire. De retour j’agrafais sa photo sur le mur de la mienne. Les chemins de campagne en marche avec ses mots. Qui désignaient fleurs blanches et cailloux. J’avais une mère. Pas de fenêtre. Une trop décente mère. Pas de […] Lire la suite

Trafic

Trafic

ÉPUISÉ   Midch et Fanch ont la trentaine et sont amis de longue date. Ils passent leur temps à l’arrière du camion de Fanch qui, un jour, sera aménagé en mobile-home, and will hit the road. Outre les dialogues et didascalies qui sont la matière même du texte, s’invite dans Trafic une voix proprement narrative et sortie de nulle part. Une langue drôle et poétique, lucide et empathique, qui interfère sans cesse dans les échanges entre les deux personnages et […] Lire la suite

Foire internationale

Foire internationale

La Foire internationale qui donne son titre au recueil est de celles qui, à en croire le discours médiatique ambiant, sont censées redynamiser le tissu économique et mental de nos existences. Les microfictions qui constituent le livre se situent dans la même petite ville du centre de la France, durant une année. Ces saynettes pleines de fantaisie plongent le lecteur dans un univers singulier où l’on croise aussi bien des enfants philosophes qu’un puriste du chili con carne ou une […] Lire la suite

478 jours naturels

478 jours naturels

Même si vous n’ouvrez pas la bouche on arrive à comprendre, mais dans plusieurs sens, plusieurs fortunes, plusieurs tailles de richesse, vous dites grand B ou B majuscule, il faudra dire en lisant O majuscule entre parenthèses, la lettre qui correspond à d’Alembert dans l’Encyclopédie d’où vient toute la fausse information scientifique ou grammaticale ou syntaxique ou athlétique ou diabolique, et ce diable ensuite, ce diable après, à la fin du temps, où le mettrez-vous, il ne peut pas finir, […] Lire la suite

L’Inscription de la terreur

L’Inscription de la terreur

Yi Sang est aujourd’hui considéré comme un auteur majeur de la Corée du début du XXe siècle. Plus de soixante-dix ans après sa mort, ses écrits restent étrangement novateurs. Ses récits ou ses poèmes, qui avaient choqué le public coréen de son temps, n’ont rien perdu de leur puissance : le langage de Yi Sang communique sa fièvre à tout ce qu’il pense, raconte ou décrit. Le présent recueil propose des récits ainsi que des poèmes parmi les plus troublants.   […] Lire la suite