Éditions Les petits matins

Revue Projet

Derrière la jargonneuse notion de « découplage » se cache en effet l’interrogation centrale des rares économistes à avoir pris toute la mesure de la crise écologique : peut-on faire croître notre richesse collective – aujourd’hui mesurée pas le produit intérieur brut (Pib) – tout en diminuant la quantité de matières premières englouties, et celle des émissions de gaz à effet de serre ? À l’instar de Tim Jackson dans son Prospérité sans croissance, les auteurs répondent globalement par la négative.

Jean Merckaert