Éditions Les petits matins

Le Matricule des Anges

Le narrateur, un jeune Chilien, arrive dans les années 80 à Paris, et y retrouve Laura, réfugiée politique d'une trentaine d'années. Occupant dans la vie de cette femme le rôle privilégié mais difficile d'amant clandestin et de confident, il passe des heures à l'écouter raconter le Chili de Pinochet, sa lutte d'opposante aux côtés de son mari, et ressasser l'amère réalité parisienne. Laura et les siens vivent à Fermeil-Préfecture, dans une cité dortoir. Bernardo Toro réussit le pari délicat d'écrire, d'une plume sans fioriture, le quotidien : les journées de Laura, du RER au petit restaurant où elle travaille, puis les soirées noyées dans l'alcool, les monologues et les nuits achevées avec son amant dans une étreinte insatisfaisante.

 

Lire l'article...