Éditions Les petits matins

S!lence

Le choix actuel est entre, amplifier sans cesse la guerre de l'énergie pour s'approprier le pétrole, l'uranium et autres sources fossiles, ou une gestion sereine en s'appuyant d'abord sur la sobriété et l'efficacité. Rappelant les enjeux liés au climat et les risques liés au climat et les risques du nucléaire, Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée nationale, propose de ne pas oublier que la meilleure énergie est celle que l'on ne consomme pas. (...) Il demande que cesse le sabotage, en France, des énergies renouvelables, que la recherche aille vers des produits de longue durée, que l'on intègre tous les coûts dans le prix de l'énergie et que soient couplés les choix énergétiques et la recherche d'emplois et de justice sociale. L'avenir est au robuste et au renouvelable. Clair et concis.