Éditions Les petits matins

Dépêche AEF

« Il n'y a pas un portage politique extrêmement fort, je le regrette », estime, mercredi 27 février 2013, Denis Baupin, à propos du manque d'intérêt du grand public pour le débat sur la transition énergétique, auquel il participe en tant que membre du conseil national. Le député écologiste de Paris s'exprime à l'occasion de la publication, le 7 mars prochain, d'un essai intitulé « La révolution énergétique, une chance pour sortir de la crise » (1), dont il est l'auteur. « Ce serait positif que le gouvernement dise autre chose que 'austérité', 'austérité', 'austérité', qu'il porte un message positif, qu'il raconte une histoire, qu'il dise : 'Oui, toute transition est difficile, mais on sait où l'on va. » Or « on le sent bien, certains membres du gouvernement, y compris Montebourg, aimeraient revenir en arrière ». (...)

En tant que membre du conseil national du débat, Denis Baupin espère « non pas transformer tout le monde en écolo, mais créer un chemin commun avec le Medef, avec les syndicats, avec les ONG - ce n'est pas trop difficile - et avec les collectivités locales ». « Si nous arrivons à trouver suffisamment d'acteurs qui ont envie de bouger, nous avons la possibilité de trouver un nouveau deal qui évitera à la France de rater le virage de la transition énergétique. »