Éditions Les petits matins

Alternatives Internationales

Interview d'Olivier Piot, grand reporter.  

Comment le photographe Julien Goldstein et vous avez eu l'idée de réaliser ce travail sur le " grand Kurdistan " ?

Olivier Piot : Tout est parti d'un reportage en Turquie. Notre interprète était kurde. Il nous a beaucoup parlé de son peuple, 37 millions d'habitants, séparé par les frontières de quatre États : Turquie, Iran, Syrie et Irak. A Paris, un militant kurde de Turquie a organisé pour nous un entretien avec le chef de la branche armée du PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan, actif en Turquie mais dont les camps militaires se situent au nord de l'Irak. Cependant, nous ne voulions pas en rester là. Nous voulions savoir si ce rêve d'une nation kurde était réaliste, entendre ce que disent les gens sur les partis qui affirment les représenter. Nous avons ainsi beaucoup circulé dans la région entre 2007 et 2011, sauf en Iran, faute de visas.

  Lire l'article...