Éditions Les petits matins

Trafic

Trafic Ajouter au panier

ÉPUISÉ

 

Midch et Fanch ont la trentaine et sont amis de longue date. Ils passent leur temps à l’arrière du camion de Fanch qui, un jour, sera aménagé en mobile-home, and will hit the road.
Outre les dialogues et didascalies qui sont la matière même du texte, s’invite dans Trafic une voix proprement narrative et sortie de nulle part. Une langue drôle et poétique, lucide et empathique, qui interfère sans cesse dans les échanges entre les deux personnages et perturbe le récit comme autant de dérapages, plus ou moins contrôlés.
Les personnages de ce road trip immobile se confrontent aux maux de notre époque. Rêveurs acharnés, il leur faut néanmoins faire face à leurs responsabilités. Composant tant bien que mal avec leur libre arbitre et leurs contradictions, ils mènent une vie aux relents post-punks et à la sexualité désinhibée, sans parvenir pour autant à se dédouaner complètement de leurs obligations sociales.

Présenté sous la forme d’une pièce de théâtre, Trafic se lit aussi bien comme un roman à l’humour réjouissant et roboratif.

Yoann Thommerel,Jérôme Mauche

 

Trafic sera adapté au théâtre de La Colline du 8 mai au 6 juin 2014. « Quand ils l’ont découvert, Marie-Christine Soma et Daniel Jeanneteau ont eu immédiatement envie de monter ce texte lucide et vif qui saisit notre présent, ce temps devant lequel nous sommes si souvent myopes. »

Dans la presse

France Culture

« Le Rendez-vous » de Laurent Goumarre

Le « Rendez-vous » du 23/05/2014 au Palais de Tokyo avec Yoann THOMMEREL et Mathieu AMALRIC.

 

 

 

 

Le site de l’émission…

France Culture

Un spectacle coloré et drolatique qui mise sur le trop-plein pour mieux dire la vacuité de nos existences.

 

France Culture

Le Monde

Le spectacle fait souffler un vrai coup d’air frais, tant dans ce qu’il a à dire que dans sa forme, qui montre que le théâtre peut, pour le meilleur, s’hybrider avec les usages et les outils des années Web 2.0.

 
Fabienne Darge

Huffington Post

Grâce à cette fabuleuse histoire de vie, Yoann Thommerel qui s’essaye au théâtre pour la première fois, nous donne envie de vivre le danger de vivre, d’oser affronter ce qui nous entoure, jusqu’à la mort elle-même.

 

Savannah Macé

Sitaudis

Un pessimisme rigolard

Yoann Thommerel ? Oui je connais. (…) Bien sûr que je connais !  Trafic est son premier livre — pas celui d’un débutant : ni mièvre ni timoré. L’écriture est facile, directe, sans fioritures, sans coquetteries inutiles, sans crispation, décontractée même (ce qui n’exclut ni le pittoresque ni la couleur locale, si vous voyez ce que je veux dire), et portée par un dispositif astucieux : un dialogue à la Beckett, interrompu ici et là par de longues parenthèses, dans lesquelles un narrateur-commentateur bien renseigné (et dont le nom ne sera jamais dévoilé — donc impossible d’affirmer qu’il est ou n’est pas Yoann Thommerel) prend tout son temps pour y aller de ses explications, de ses leçons de choses et de ses anecdotes. Les didascalies permettent au lecteur de visualiser les scènes. (…) Un livre drôle — et terrifiant. Terrifiant, ce monde post-moderne smartphonisé, anglomaniaque, qu’il dessine et dans lequel essaient de se mouvoir nos deux énergumènes (Midch et Fanch) sans espoir de décoller un jour et d’exister vraiment. Oui, assez effrayant… Seule une bonne dose d’humour permet de supporter, et l’auteur n’en manque pas.

 

Alain Frontier

 

Lire l’article…

Supermiam

Trafic de fritelle di spaghetti

C’est un premier livre et c’est un drôle de livre. L’auteur, Yoann Thommerel, a fondé et dirige la revue Grumeaux (éditions Nous) et l’éditeur, Jérôme Mauche, dans sa collection « Les grands soirs » au sein des éditions Les Petits matins, a l’habitude de nous proposer des textes de poésie et des ovni littéraires comme on les aime. C’est un texte punk rock, assez cul, assez trash et en même temps un peu naïf, rêveur et poétique. Il aborde avec une légèreté apparente les maux de notre époque à travers un dialogue entre Midch et Fanch, deux copains paumés qui tentent (comme tout un chacun) de gérer leurs contradictions, de faire face à leurs responsabilités et qui passent leur temps à l’arrière du camion de Fanch (son refuge) à ne pas avancer dans ses réparations pour le transformer en mobile home et se casser. C’est drôle et tendre en même temps. Yoann Thommerel bouscule la narration et n’hésite pas à nous livrer un dialogue en sms, à faire intervenir Charles Pennequin comme personnage (en allant jusqu’à lui faire écrire ses répliques)… Il y a même des bonus. C’est écrit comme une pièce de théâtre mais on le lit d’une traite comme un roman. (…)

Mais, dans ce Trafic, il y a aussi de la musique, un tatouage, de la gravité, beaucoup d’humour, du sexe, de la liberté… Bref, un cocktail explosif réjouissant !

 

Lire l’article …

La Matricule des Anges

New York, San Francisco, Sao Paulo : tout devient possible !

Étrange road-movie, bloqué au point mort sur un parking de Super U, coincé dans un insupportable ici (« ici tout le monde est d’ici, et nous les premiers ») mais terriblement drôle : les dialogues sont édifiants, les scènes d’amour torrides (et inattendues), l’analyse psychologique poussée et, surtout la dimension politique imparable. (…)

Jonglant allégrement entre théâtre et roman, le texte bouscule les frontières entre fiction et réalité, convoquant ici Charles Pennequin au sortir d’un salon littéraire, là l’auteur dans une hallucination en forme de very bad trip pour Midch – histoire de dynamiter les formes, parce que le véritable explosif ici, c’est la poésie.

 
Véronique Nigdélian-Fabre

CCP

« Trafic n’est pas exactement une pièce de théâtre ni exactement un scénario. C’est plutôt une sorte de road-movie au cul d’un camion. Les scènes s’enchaînant, faites de didascalies ironiques et de dialogues entrecoupés d’arrêts sur images, occasions de digressions sur deux héros en sand-by… »

 

Pascale Petit