Éditions Les petits matins

Me sauve qui peut ! Histoire de vie et de survie d’une Juive berlinoise

Me sauve qui peut ! Histoire de vie et de survie d’une Juive berlinoise Ajouter au panier

Hanni Weissenberg n’a même pas 19 ans quand, le 3 février 1943, elle parvient à échapper à la Gestapo, venue arrêter les locataires juifs de l’immeuble où elle réside, à Berlin. Quelques semaines auparavant, elle a vu sa grand-mère bien-aimée, la seule famille proche qui lui reste, partir en déportation. Elle s’est juré à ce moment-là de tout faire pour ne pas subir le même sort.

 

Commence alors une vie de « sous-marin », comme les Juifs cachés s’appellent eux-mêmes. À la rue, sans argent, l’étoile jaune sur le manteau, vers qui se tourner ? Mue par une farouche volonté de vivre et une confi ance en l’autre dépourvue de naïveté, la jeune fi lle trouvera sur son chemin plusieurs personnes pour l’aider, la soigner, l’héberger…

 

L’auteure de ce récit est décédée le 23 octobre 2019, à 95 ans. Avec ce livre, elle rend hommage aux « héros silencieux » à qui elle doit sa survie et se remémore les amis de jeunesse et les parents disparus. À la suite de son témoignage, enrichi de nombreuses photographies, un éclairage historique nous en dit plus sur ces « héros de l’ombre » qui lui vinrent en aide et sur le destin des Juifs berlinois durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Hanni Lévy est née à Berlin en 1924. Après la guerre, elle s’est installée avec son mari à Paris, où elle a fondé une famille et vécu jusqu’à son décès en 2019. Elle est l’un des personnages principaux du film Les Invisibles. Nous voulons vivre (2017), de Claus Räfle.

 

Beate Kosmala, qui a dirigé l’édition allemande de ce livre, est historienne.

Dans la presse

Libération

Dans la rubrique « Livre » de Libération, Johanna Luyssen consacre une pleine page au livre Me sauve qui peut ! d’Hanni Lévy :

 

« Certains détails de son récit sont glaçants […] Le récit rend particulièrement hommage à ces « héros silencieux », telle la famille Kolzer, qui sera pour Hanni comme une deuxième famille. »

Hommage à Hanni Lévy au Goethe-Institut de Paris

La Croix d’Officier de l’Ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne a été remise à titre posthume à Hanni Lévy, lors d’une soirée-hommage au Goethe-Institut de Paris, en présence de l’ambassadeur allemand Dr. Nikolaus Meyer-Landrut.