Éditions Les petits matins

La France surendettée ? Une réponse écologiste

La France surendettée ? Une réponse écologiste Ajouter au panier

1 600 milliards d’euros ! C’est le montant actuel de la dette publique, qui s’accroît chaque mois. Pire : l’État n’emprunte plus pour rembourser ses dettes, mais pour payer les intérêts sur les emprunts accumulés. Comment en est-on arrivé là ? Ce livre montre que l’endettement trouve son origine dans des politiques erronées, fondées sur des théories dépassées. Le « grand J » de la vulgate keynésienne mis en oeuvre par la social-démocratie tout comme le « ruissellement de la richesse » prôné par les libéraux ont accru les déficits. Et la dérégulation de la finance n’a fait qu’amplifier le problème.

Aujourd’hui, des solutions existent pour interrompre les machines à fabriquer du déficit : elles passent par des investissements socialement et écologiquement utiles, sur la base d’un contrat avec les épargnants.

La réponse écologiste à la dette implique plus de dialogue démocratique : une bonne nouvelle, en somme !
Hervé Morel, Robert Lion

Dans la presse

L'écologithèque.com

Il faut d’abord décoloniser nos esprits de l’économie de la mine infinie et de la poubelle jamais pleine, de l’inflation qui annulera la dette et de la consommation comme moyen et but ultime d’une politique de bien-être

Et Hervé Morel – l’auteur de La France surendettée ? sous-titré Une réponse écologiste, aux éditions Les Petits matins – de proposer une stratégie écologiste de réduction de la dette.

Mars 2011

Terra Eco

Comment sortir de la dette ? Grâce à l'écologie !

Le 21 Septembre 2007, François Fillon déclarait : « Je suis à la tête d’un Etat en faillite. La dette publique française était alors de 1 200 milliards d’euros. Elle avoisine aujourd’hui les 1 600 milliards, mais de l’Elysée au FMI, on nous affirme que tout est sous contrôle.

 

Lire l’article…

 


Silence

Nous avons également reçu...

Les emprunts de l’Etat aujourd’hui servent à payer les intérêts de la dette. La situation est grave et les visions économiques des socialistes et de libéraux ne sont plus à même de résoudre la question. L’auteur propose d’investir dans des domaines moins gourmands en énergie et plus sociaux, ce qui a l’avantage de coûter moins cher. Pour imposer cette orientation économique vertueuse, il faut s’appuyer sur l’investissement citoyen et donc défendre la démocratie. (juin 2011)


MoneyWeek

Pour quand la faillite de la France ?

A sa question, La France Surendettée ? Hervé Morel s’empresse de répondre oui, mais son sous-titre une réponse écologique pourra vous surprendre. Vous allez naviguer dans des courants de pensées rafraîchissants, moins tiédasses que ceux de la pensée unique. Une bonne petite thalassothérapie de vos méninges… Première grande idée : l’inflation ne nous tirera pas d’affaire, même si c’est le rêve secret de ceux qui nous gouvernent. Le taux d’intérêt réel mesure la puissance relative du prêteur et de l’emprunteur.

 

Par Simone Wapler

 

Lire l’article…

 

 


Ecorev'

La France surendettée ? Une réponse écologiste.

A long terme, nous serons tous morts. Les économistes keynésiens ont tort de prendre cette citation de leur maître à penser pour une simple boutade. Elle résume à elle seule les politiques économiques du XXe siècle. Après moi, le déluge. CCC : le Crédit stimule la Consommation, elle-même moteur de la Croissance, synthétise la préface de Robert Lion, bien placé pour en parler en tant qu’énarque ex-dirigeant de la Caisse des dépôts et consignations.

 

Par Pierre Thiesset (avril 2011)

 

Lire l’article…

 


Silence

Ce texte est la base sur laquelle ont fusionnés Les Verts et Europe-Ecologie à l’automne 2010. Il est clair sur certains points fondamentaux et sur la stratégie politique. (…)


La Tribune

Pour en finir avec la dette publique

Un peu d’humour dans un monde de dettes. Avec Hervé Morel, le problème de la dette publique et de son fardeau pour les futures générations est source d’une analyse revigorante, loin des propos convenus sur la nécessaire réduction des déficits. La France surendettée ne nie pas la réalité des bombes à retardement financières, environnementales et sociales.

Le propos est servi par un style limpide et un ton volontiers malicieux, ainsi que le souligne dans la préface Robert Lion (conseiller régional d’Île-de France EELV et ancien dirigeant de la Caisse des dépôts et consignations). Hervé Morel reprend le b.a.-ba du mécanisme du crédit, avec une pédagogie remarquable. fables, littérature et histoire sont invoquées pour mieux décortiquer ROCE, bêta, spread, et autre CDS. Au fil des pages, on croise Jean de La Fontaine et Perrette et son pot au lait, Balzac et Le Père Goriot, Necker et les fermiers généraux, ou encore Philippe le bel qui brûla les Templiers pour ne pas rembourser ses dettes… Le tout ponctué de points clés à retenir à la fin de chaque chapitre, qui aident à la synthèse du propos. Tandis qu’un test êtes vous cigale ou fourmi ? invite le lecteur en avant-propos à se débarrasser de ses certitudes vis-à-vis de la dette publique. Et qu’une postface particulièrement drôle imagine les trois scénarios possibles d’après 2012, selon que Nicolas Sarkozy est réélu, que DSK accède à l’Elysée ou qu’une gauche écologiste, sociale et éthique arrive au pouvoir. Et vous, qu’avez-vous choisi ? lance Hervé Morel à ses lecteurs.

Par S.T. (18 février 2011)


Marianne

Les écolos se penchent sur la dette

Marianne : Vous publiez un livre sur la dette et les moyens de s’en débarrasser. C’est un sujet inattendu pour les écologistes…

 
Hervé Morel : Nous le faisons parce que les électeurs nous le demandent. Avec nos scores, nous ne pouvons plus être un parti spécialisé dans la défense de l’environnement, mais nous devons devenir un parti généraliste. L’écologie politique doit répondre aux questions qui touchent à la dette, à la fiscalité, à l’emploi. Or, à 1 600 milliards d’euros, la question de la dette publique est centrale. Tout gouvernement, et nous aspirons à en être, devra s’attaquer au problème. Mon livre s’inscrit bien dans la perspective de 2012.

 

Quelles sont vos propositions concrètes ?

 


H.M. :
D’abord faire appel à l’épargne des Français, qui s’élève à 3 500 milliards. Il faut leur permettre de placer leurs économies sans plafonnement sur le livret de développement durable. Cet argent financera des investissements destinés à réduire l’empreinte écologique, dans l’isolation de tous les logements par exemple. Ces investissements généreront des économies qui permettront d’assumer le coût de la dette. Ils créeront aussi de nombreux emplois non délocalisables, qui produiront à leur tour de la consommation et des recettes fiscales. La dette deviendra active et non plus passive comme lorsque nous empruntons pour payer la réduction de la TVA sur la restauration.
Propos recueillis par Hervé Nathan


Politis

Hervé Morel veut relever le double défi qui consiste à trouver à la fois les moyens de maîtriser une dette française colossale et les financements nécessaires pour préserver ou reconstituer les équilibres environnementaux.

 

Lire l’article…