Éditions Les petits matins

La Blondeur

La Blondeur Ajouter au panier

Cécile Mainardi est au Negresco avec deux hommes. L’un est nettement brun, l’autre châtain gris. Ils boivent tous les trois un cosmopolitan (vodka, Cointreau, citron et jus de cranberry).

(Nice, le 7 juin, 0 h 20)

Cécile Mainardi entraîne son lecteur dans une recherche amoureuse – à Rome – de la blondeur sous toutes ses formes. Un enchantement verbal. Un événement poétique.
Stéphane Bouquet, Cécile Mainardi, Jérôme Mauche

Dans la presse

Anthologie « Gare martime 2014 »

Cécile Mainardi, entre travelling et plan fixe, une écriture décente de l’indécence de vivre, où l’on suivrait un désir ouvert devant soi.