Éditions Les petits matins

Johnny H. Construction d’une icône

Johnny H. Construction d’une icône Ajouter au panier

La mort de Johnny Hallyday, le 6 décembre 2017, a suscité en France une émotion considérable. Les médias ont consacré le chanteur disparu comme une icône nationale, tandis que le président de la République honorait de sa présence une cérémonie que certains n’ont pas hésité à comparer aux funérailles de Victor Hugo.
La presse, pourtant, n’a pas toujours été tendre avec l’ancienne « idole des jeunes », moquant volontiers son incapacité à composer lui-même ses chansons, son absence d’audience à l’étranger, ses amitiés politiques…
En s’appuyant sur l’analyse de nombreux articles, l’auteur montre comment l’image du chanteur s’est retournée au fil du temps. Du mépris distingué pour un pseudo-rebelle kitsch à l’adoubement intellectuel d’un artiste désigné comme « authentique », comment « Johnny » est-il finalement devenu un symbole hexagonal ? Comment est-il parvenu, par-delà son oeuvre – et peut-être malgré elle –, à fédérer au-delà d’une génération (la jeunesse des années 1960) et d’une
classe sociale (les milieux populaires) ?
Christian Le Bart

Dans la presse

Christian Le Bart dans un entretien pour Ouest France

L’auteur de Johnny H. Construction d’une icône à répondu aux questions de Pascale Vergereau pour Ouest France. L’entretien est à retrouver sur le site internet du quotidien.

Extrait :

« – Vous vous attendiez à tant d’émotion ?

– Que les médias en fassent des tonnes oui. Qu’il y ait une dimension institutionnelle et politique était moins attendu. C’était à la fois le rituel républicain et BFMTV, Macron et Laeticia, un mélange des genres symptomatique de notre temps, très intéressant à étudier. »

Télérama a lu Johnny H.

Johnny H. Construction d’une icône fait l’objet d’un papier de bon ton de François Gorin sur le site de Télérama, dans sa chronique « Pop secrète ». Alors que Christian Le Bart cite abondamment l’hebdomadaire culturel dans son essai, François Gorin perpétue leur ligne, dans la même veine. « Tout le reste pouvait bien sonner creux, bidon, toc, surfait, emphatique, entraînant dans son vortex le discours médiatique. Il y avait au cœur de la marionnette bodybuildée-tatouée-cabossée un noyau à toute épreuve. On l’aimait ou le détestait pour cela, quitte à masquer son parti pris sous l’argument du goût. Mais on ne peut toujours pas le négliger. »

Christian Le Bart sur Franceinfo

Jeudi 18 octobre, à l’occasion de la sortie de l’album posthume « Mon pays c’est l’amour » de Johnny Hallyday, Frédéric Carbonne a interviewé dans son émission « Le 21h-Minuit » Christian Le Bart, auteur de Johnny H. Construction d’une icône.

France culture

Mathilde Serrell dans son Billet culturel de la matinale de France Culture :
« C’est précisément cette capacité de jonction qu’incarne Johnny, comme le montre le professeur de Science Politique Christian Le Bart qui publie Johnny H. Construction d’une icône aux éditions Les petits matins. Les acteurs médiatiques (chaîne d’info en tête tenant des éditions spéciales de plusieurs heures), mais aussi sociaux, économiques et politiques, ont fait de Johnny un totem du peuple français. Cet objet « qui ne devra jamais heurter, mais parler à tous sans froisser quiconque ». »
L’émission est à réécouter en ligne ou à télécharger en podcast.