Éditions Les petits matins

Je n’avais plus le choix, il fallait fuir
Paroles de réfugiés

Je n’avais plus le choix, il fallait fuir  <br/> Paroles de réfugiés Ajouter au panier

L’asile, c’est l’ultime liberté qui reste lorsque l’on a perdu toutes les autres. Les hommes et les femmes qui témoignent dans cet ouvrage ont subi des persécutions en raison de leurs convictions politiques ou religieuses, de leur orientation sexuelle, pour avoir voulu s’opposer à une injustice, parce qu’ils n’avaient pas la « bonne » nationalité au bon endroit… Quelle que soit la cause de leur exil, tous le disent : ils n’avaient pas le choix, ils ont dû fuir. Non par attrait envers un hypothétique eldorado occidental, mais bien pour sauver leur vie ou leur intégrité.

En France, l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) est à leurs côtés pour les aider dans leur démarche de demande d’asile. Dans ce cadre, elle a recueilli leur histoire : autant de parcours retraçant les raisons du départ, les conditions souvent terrifiantes de l’errance et les mille embûches administratives qui attendent le réfugié à son arrivée. Elle examine aussi la situation du droit d’asile dans notre pays : un droit garanti par des conventions internationales et qui connaît pourtant, depuis quelques années, d’inquiétantes restrictions, plaçant de nombreuses personnes en situation de grand danger.

Acat

Dans la presse

S!lence

Un livre nécessaire, qui change inévitablement le regard que l’on peut porter sur ces demandeurs d’asile et qui souligne l’urgence de les accueillir plus humainement.

Courrier de l'ACAT

Réfugiés : survivre envers et contre tout

À l’occasion de la journée mondiale des réfugiés (20 juin), l’ACAT publie un livre de témoignages recueillis au sein de son service Asile, qui accompagne chaque année plus de 200 personnes. Obligés de fuir, des hommes et des femmes décrivent le long calvaire de l’exil. Les raisons du départ, les conditions souvent terrifiantes de l’errance et les multiples embûches administratives à l’arrivée.

 

Extraits et éclairages sur cet ouvrage unique qui rappelle à la fois les fondamentaux du droit d’asile et surtout l’impérieuse nécessité de les préserver.

actualités sociales hebdomadaires (ASH)

Exil, l'ultime liberté

Ils s’appellent Michel, Faima, Abdoulaye. Ils viennent d’Afghanistan, de Guinée, du Bangladesh. Tous ont subi des menaces, des violences, des persécutions : pour avoir empêché l’excision d’une fillette, manifesté pour les droits de l’Homme, refusé de se prêter à la corruption, choisi une autre foi que celle de leurs proches ou encore appartenu à la famille d’un opposant au régime. Tous ont demandé l’asile en France – sans toujours l’obtenir. L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), organisation française de défense des droits de l’Homme, a rassemblé leurs récits – cauchemardesques – dans un ouvrage au titre évocateur : Je n’avais plus le chois, il fallait fuir.

 
Clémence Dellangnol