Éditions Les petits matins

À qui profite le protectionnisme ?

À qui profite le protectionnisme ? Ajouter au panier

Les débats autour de la mondialisation et du commerce international ne datent pas d’aujourd’hui. À la fin du XIXe siècle, ils déchaînent les passions dans les travées de l’Assemblée. S’y affrontent déjà les avocats du libre-échange et les partisans de mesures protectionnistes. Une alternative binaire que certains refusent cependant. Un jeune député du Tarn renvoie ainsi dos à dos les uns et les autres : Jean Jaurès. Au fil de plusieurs interventions, il rappelle que la principale question posée par un tel débat consiste à déterminer qui sont les « gagnants » et les « perdants » des politiques envisagées. Une leçon toujours d’actualité que l’on découvre ici en même temps que la verve d’un orateur d’exception dans l’atmosphère vivante du lieu où se votent les lois de notre République.
Jean Jaurès, Igor Martinache

Dans la presse

Politis

Un petit livre remarquable

Les éditions Les petits matins, en partenariat avec Alternatives économiques, proposent une « relecture » (titre de cette nouvelle collection) de trois discours de Jean Jaurès prononcés au Parlement en 1887, 1894 et 1897, qui illustrent sa maîtrise peu commune de l’art oratoire et surtout les contradictions qui l’habitaient. Libre-échange ou protectionnisme ? Jaurès estimait cette alternative trop simpliste pour penser l’enjeu majeur de la redistribution des richesses. Il est certes un adversaire résolu d’un libre-échange qui profite avant tout aux grands propriétaires terriens et aux spéculateurs, mais il ne se range pas pour autant aux côtés des partisans du protectionnisme… Un petit livre remarquable. (25 octobre 2012)